Polyclinique Inkermann, Niort

La récupération rapide après chirurgie ou réhabilitation précoce vise la reprise d’une autonomie rapide et complète du patient. La polyclinique Inkermann s’engage !

La prothèse totale de hanche (PTH) est une procédure très fréquente donnant de très bons résultats dans le traitement de l’arthrose de hanche. Alors que les progrès techniques se poursuivent et permettent d’avoir des implants de plus en plus performants, le nouveau challenge dans lequel nous sommes investis est celui de la Récupération rapide après chirurgie (RRAC), appelée également réhabilitation précoce (chirurgieFast Track). L’objectif est la reprise d’une autonomie active et complète du patient, le plus rapidement possible après sa chirurgie. Chaque étape, chaque soin est optimisé et organisé autour de l’opéré. Cette prise en charge se combine idéalement avec les techniques chirurgicales mini invasives.

Association du patient à ses soins

Le patient n’est plus dans une posture passive, il reçoit une information approfondie sur les différents temps du traitement, connaît les objectifs fixés avec l’équipe médico-chirurgicale. Il participe activement à ses soins, depuis les premières consultations médicales jusqu’à sa sortie et même au-delà du séjour. Il devient ainsi un acteur de sa propre réhabilitation.

Prise en charge pluri-disciplinaire 

La RRAC repose sur un travail d’équipe incluant chirurgiens, anesthésistes et l’ensemble du personnel paramédical. La prise en charge de la douleur est multimodale, c’est-à-dire globale et efficace sur les différentes voies de la douleur (infiltration d’anesthésiques locaux par le chirurgien et l’anesthésiste). La prévention des nausées postopératoires est systématique. L’utilisation des drains et sondes urinaires est limitée, voire évitée.Tout cela permet une mobilisation rapide du patient.
L’incidence des infections nosocomiales diminue aussi, la durée de séjour étant réduite.

Voie antérieure mini-invasive : Pas de section musculaire 

La technique chirurgicale de la PTH a aussi évolué, et la chirurgie mini-invasive s’inscrit parfaitement dans l’esprit de la RRAC. Elle consiste bien sûr à réduire la taille de l’incision, mais aussi et surtout à préserver les muscles et les tendons. Ainsi l’approche de la hanche par voie antérieure consiste à écarter les muscles sans les couper,
la prothèse étant mise en place grâce à l’utilisation d’ancillaires (instrument de pose) adaptés. Cette préservation musculaire entraîne une diminution des douleurs et des saignements, permet une récupération rapide (lever quelques heures après l’intervention, marche sans canne à J5, sortie entre J4 et J6), réduit le risque de luxation.
Ces protocoles innovants de prise en charge des patients associés aux techniques chirurgicales peu invasives visent donc à réduire le stress chirurgical afin de rendre les suites opératoires plus simples, plus confortables et plus courtes. C’est ainsi que certaines PTH peuvent être réalisées en ambulatoire. Les publications scientifiques montrent que la satisfaction des patients est excellente et que les taux de complications sont identiques, voire meilleurs qu’avec une prise en charge traditionnelle. Outre son efficience prouvée pour le patient, la RRAC bénéficie aussi à la collectivité car elle permet de réduire les coûts de prise en
charge.
PÔLE ORTHOPÉDIE:
DRS NOCQUET, SOYER ET TEXIER